Sécurité, Propreté, Incivilité et… humour
(en chti bien sûr: actualité cinématographique oblige !)

L’humour est sans doute la forme de communication la plus adaptée pour traiter des sujets qui font consensus. Consensus peut être ou peut être pas !

Quoi de plus normal que de souhaiter une ville propre sans déchet ni souillure sur les trottoirs.
Ce sujet revient souvent lors de nos discussions avec les Willemois mais pourtant, nous sommes tous responsables.
Qui n’a jamais laissé tomber un papier, ou un mégot de cigarette ou encore laissé les besoins de son chien ou de son chat indélicat sans les ramasser?
Que dire de l’inconséquence de certains cyclistes qui roulent sans lumière la nuit ou des bricoleurs de voitures qui font leur vidange sur les plaques d’égout ou de ceux qui empilent leurs déchets sur le trottoir… du voisin de préférence !

Un récent article de Nord-Eclair a attiré notre attention et nous vous laissons le soin de le lire, de l’apprécier et d’en décoder le message…

INCIVILITE
d’André ROUSSEL Patoisant roubaisien

Souvint je m’d'minte dins tche monte qu’in vit, mi j’comprinds pus rin, pou mi ch’est l’débindate dins tous ches en-drots, Dins l’timps i avot de l’dîscipline, les gins i faijottent attin-tion et in puque i s’respectottent. Achteur ch’est I’« foutoire » dins tous les tcheus.
In devrot donner inne médale à ches conducteurs d’autos. Passe qu’i a pos gramint d’accidints aveuque ches vélos qui reul’nt sins lumire l’nut et souvint in faijant des zigzags. Et pis i a inne nouvelle mote, ch’est cheulle d’faire aveuque s’n'auto inne demi tour au mitan d’elles rues dins l’circulation.
Et i a pos qu’cha… Tout chin qui traine d’seur ches trottoirs et ches caniveaux, l’ville allé fait tout chin qu’alle peut, mais à peine ch’t'éboueux passé i n’d'a qui ont plaiji à arjeter des séquos par terre et ch’est pos toudis des jones j’vous l’dis. J’comprinds nin non pus pourquo in transforme ches rues in at’li d’mécanique, j’ai vu même démonter des moteurs aveuque bin seur l’hule qui partot à l’aqueduc.
Avant i avot un garte qui passot et in étot obligi d’nettï sin trottoir et sin caniveau. Je m’d'minte si les gins i sav’nt combin qu’cha coûte tous ches baleyeux et l’pus fort ch’est eusses qui paittent, adan qu’ch’est facile qu’chacun ramone sin p’tit tcheu. Balaï ch’est pos « déshonorant », mais faut avoir l’corache de l’faire. I a aussi ches dépôts d’ordures qu’in ertreufe toudis à l’inème plache ; achteur tchand qu’inne setchi veut s’débarrasser d’inne séquo, il met dins l’rue si possipe pos d’vant s’majon. Malheureus’mint j’cros que l’civilitlé ei l’respect ch’est fini et cha ch’est bin damache.